DETAILS du BREVET de la CANNE à PECHE à CATAPULTE

DECISION DE DELIVRANCE

Le Directeur Général de l'Institut National de la Propriété industrielle décide que le brevet d'invention n° 00 07181 dont le texte est ci-annexé est délivré à: PEYRE HENRI - FR

La délivrance produit ses effets pour une période de vingt ans à compter de la date de dépôt de la demande, sous réserve du paiement des redevances annuelles.

Mention de la délivrance est faite au Bulletin officiel de la propriété industrielle n°02/31 du 02/08/02 (n°de publication 2 809 590).

Fait à Paris, le 07 janvier 2002


2809 590
00 07181

BREVET D'INVENTION

CANNE A PECHE A CATAPULTE

Date de dépôt : 05/06/00
Priorité :

Date de mise à la disposition du public de la demande : 07/12/01 Bulletin 01/49.

Date de la mise à la disposition du public du brevet d'invention: 02/08/02 Bulletin 02/31

Liste des documents cités dans le rapport de recherche

Références à d'autres documents nationaux apparentés:

Demandeur : PEYRE Henri - FR
Inventeur : PEYRE Henri

Titulaire :

La présente invention est du domaine de la pêche à la ligne, pratiquée à l'aide d'une canne munie d'un moulinet, en eau douce et en mer. Elle a pour objet une canne à pêche basée sur le principe de la catapulte.

Les cannes à pêche en roseau et bambou ont été remplacées notamment en France par des cannes

en fibre de verre et en fibre de carbonne. Ces nouveaux matériaux, s'ils résolvent des problèmes de poids, d'encombrement et de souplesse calculée, ont pour inconvénients d'être chers, fragiles et de demander une grande pratique pour lancer la ligne avec précision. Avec ces nouvelles cannes qui ne possèdent pas d'inertie, pour lancer la ligne très loin, il faut effectuer un mouvement de fouet avec la canne, ce qui endommage l'esche, et il faut libérer le fil maintenu par le doigt sur la canne à l'instant précis, sinon la ligne est déportée à l'opposé de la position de départ du lancer. Si le pêcheur lance sa ligne de droite à gauche très souvent la ligne se place à gauche de l'endroit visé. Le lancer de ligne par dessus la tête n'est possible que si la bannière est très courte.

L'invention décrite à pour but la conception d'une canne à pêche dont la fabrication ne demande pas l'utilisation de matériaux performants, qui permet de lancer la ligne avec précision et apporte des solutions à des problèmes ponctuels qui peuvent se présenter lors d'une partie de pêche.

L'objet de l'invention est un système mécanique, qui sera appelé basculeur au cours de la description, permettant d'articuler la canne à un endroit compris entre le quart et le tiers de sa longueur totale en partant de l'extrémité haute. L'axe d'articulation est situé dans le plan médian de la canne quand on regarde celle-ci de l'arrière, en position verticale, le moulinet situé sur l'avant, figure 3. Cet axe permet de faire pivoter l'extrémité de la canne, dans son plan, sur la gauche et sur la droite ou sur un seul côté selon le mode de réalisation du basculeur, et de conserver l'intégralité de la rigidité de la canne dans le plan médian situé à 90° par rapport au plan ou est situé l'axe d'articulation, figures 1, 2, 3, 4. Le basculeur permet de maintenir l'extrémité de la canne suivant au moins deux positions stables, une position ou la canne est rectiligne, et une position ou l'extrémité de la canne est cassée, en position pour lancer la ligne. Il dispense également un amortissement qui protège le fil de la ligne si une tension intervient quand la canne est en position cassée.

Le lancer de la ligne s'effectue en armant le basculeur, c'est à dire en cassant l'extrémité de la canne par le basculeur pour que celui-ci trouve sa seconde position stable, figure 4. Cette manouvre s'effectue en tirant le fil sur le côté. L'angle formé par le corps de la canne et l'extrémité en position armée peut varier de 90 à 120° selon le mode de réalisation du basculeur. Le pêcheur positionne la canne sur sa gauche ou sa droite, parallèlement au sol, à 90° environ par rapport au plan médian de son corps, il ramène vigoureusement la canne vers l'avant en un mouvement circulaire en arrêtant son action quand la cible se trouve dans le prolongement de ses bras, en libérant le fil.

REVENDICATIONS
1 - Canne à pêche (1) munie d'un moulinet à tambour fixe (2), utilisée pour la pêche en eau douce et en mer, servant à lancer une ligne (65) garnie de plombs ou de bouchons caractérisée en ce que la canne à pêche est équipée d'un système articulé appelé basculeur (4), dont l'axe (5) est situé dans le plan médian de la canne quand on regarde celle-ci par l'arrière, canne verticale (figure 3), moulinet sur l'avant à une distance comprise entre le quart et le tiers de sa longueur totale en partant de l'extrémité haute et qui donne la possibilité d'au moins deux positions stables à l'élément articulé (9), une position rectiligne par rapport à l'élément (7) de la canne (figure 3), et une position cassée (figure 4), qui peuvent former un angle µ compris entre 90 et 12O °, la position cassée permettant de projeter la ligne par un effet de catapulte, avec précision sans choc, la canne se remettant seule en position rectiligne pendant l'opération de lancer.

2- Canne à pêche selon la revendication 1 caractérisée en ce que le système articulé appelé basculeur (4) dont la canne est équipée, est constitué de deux parties sensiblement cylindriques dont l'une (6) appelée corps fixe, solidaire de l'élément (7) de la canne (1) présente une configuration de chape (13) et l'autre (8) appelée corps mobile, solidaire de l'élément articulé (9), présente une configuration de plat longitudinal (15), la chape (13) et le plat (15) étant montés tournant et coulissant l'un par rapport à l'autre et reliés entre eux par un axe (5) qui est fixé aux ailes de la chape (13) et qui traverse le plat (15) par une lumière de guidage (21).

3.- Canne à pêche selon l'une quelconque des revendications 1 et 2 caractérisée en ce que le système articulé appelé basculeur (4) dont la canne est équipée est maintenu en positions stables et peut pivoter élastique ment à droite ou à gauche, grâce à un ressort de compression (11) logé à l'intérieur d'un trou (17) situé dans l'axe longitudinal du corps mobile (8) et dont le réglage en compression s'obtient à l'aide d'une vis (10) placée à l'extrémité basse du corps mobile (8).

4- Canne à pêche selon l'une quelconque des revendications 1, 2et 3 caractérisée en ce que le système articulé appelé basculeur (4) dont la canne est équipée présente une possibilité d'amortissement élastique ( µ 1) pour la protection du fil de pêche, à partir d'une position stable, basculeur armé, mettant en ouvre le ressort (11) par un système de came formé par les faces (26) de décrochement du plat (15) du corps mobile (8) et les côtés (31 ou 32) de la chape (13) du corps fixe (6).

5- Canne à pêche selon la revendication 1 caractérisée en ce que le système articulé appelé basculeur (32) d'un deuxième mode de réalisation, dont la canne est équipée, est constitué de deux parties sensiblement cylindriques dont l'une appelée corps fixe (33), solidaire de l'élément bas de la canne, présente une configuration de chape (35) à son sommet et l'autre partie appelée corps mobile (38) solidaire de l'élément mobile de la canne présente un plat (39) à sa base, reliées entre elles, tournant librement sur un côté et en butée (63) sur l'autre, par un axe (37) qui est fixé aux ailes de la chape (35) et maintenue en positions stables par un système de came (44,61) et de piston (40) poussé par un ressort (41), logé dans l'axe (34) du corps fixe (33) aidé d'un deuxième ressort (43) de compression qui agit seulement en cas d'amortissement, basculeur armé (figure 19).

6 - Canne à pêche selon la revendication 1 caractérisée en ce que le système articulé appelé basculeur (46) d'un troisième mode de réalisation dont la canne est équipée est constitué de deux parties sensiblement cylindriques dont l'une (47) appelée corps fixe, solidaire de l'élément bas de la canne présente une configuration de chape (49) à son sommet et l'autre partie (51) appelée corps mobile, solidaire de l'élément mobile de la canne, présente un plat (52) à sa base, reliées entre elles tournant librement sur un côté et en butée (67) sur l'autre, par un axe (50) qui est fixé aux ailes de la chape (49) et maintenue en positions stables par une bille (55) poussées par un ressort (56), logées dans l'axe (48) du corps fixe (47) et qui coopèrent avec deux entailles en vé (53, 54) de 90° d'angle, situées à 90°environ l'une par rapport à l'autre, séparées par un arrondi (57), sur le champ du plat (52) porté par le corps mobile (51).

7- Canne à pêche selon les revendications 1et 6 caractérisée en ce que le réglage de la tension du ressort (56) du basculeur (46) d'un troisième mode de réalisation dont la canne est équipée est composé d'une bague taraudée (58) qui est vissée sur le bas du corps fixe (47) et qui agit sur une tige (59) guidée dans une lumière (60) du corps (47) en contact avec le ressort (56).

8- Canne à pêche selon l'une quelconque des revendications 2 à 7 caractérisée en ce que le système articulé appelé basculeur (65) dont la canne est équipée possède une bague mobile suivant l'axe longitudinal permettant selon sa position de neutraliser le basculeur en rendant solidaires le corps fixe et le corps mobile, cette bague peut être montée sur tous les types de basculeurs.

9- Canne à pêche selon la revendication 1 caractérisée en ce que l'élément articulé (9) de la canne (1) est équipé d'une masselotte (64) destinée à donner de l'inertie à l'élément articulé (9) de la canne pendant l'opération de lancer de la ligne (65).

10- Canne à pêche selon l'une quelconque des revendications précédentes caractérisée en ce qu'elle ne comprend pas de moulinet.

Enregistrement national : 00 07181 N° de publication : 2809 590

1. ELEMENTS de l'ETAT DE LA TECHNIQUE SUSCEPTIBLES d'ETRE PRIS en CONSIDERATION POUR APPRECIER LA BREVETABILITE DE L'INVENTION

Référence des documents
(avec indication, le cas échéant, des parties pertinentes)

Revendications du
brevet concernées

NEANT



2. ELEMENTS DE L'ETAT DE LA TECHNIQUE ILLUSTRANT
L'ARRIERE-PLAN TECHNOLOGIQUE GENERAL

FR 835 881 A (DESOR)
5 janvier 1939

FR 2 215 896 (PATRICIA JEAN)
30 août 1974

US 3 525 174 (WORSHAM LESTER A)
25 août 1970 (1970/08/25)

3. ELEMENTS de l'ETAT de la TECHNIQUE DONT LA PERTINENCE
DEPEND DE LA VALIDITE DES PRIORITES

REFERENCE DES DOCUMENTS
(avec indication, le cas échéant, des parties pertinentes

Revendications du
brevet concernées


NEANT