DETAILS du BREVET PEDALIER à IMPULSIONS HENRI PEYRE

DECISION DE DELIVRANCE

Le Directeur Général de l'Institut National de la Propriété industrielle décide que le brevet d'invention n° 00 05338 dont le texte est ci-annexé est délivré à: PEYRE HENRI - FR

La délivrance produit ses effets pour une période de vingt ans à compter de la date de dépôt de la demande, sous réserve du paiement des redevances annuelles.

Mention de la délivrance est faite au Bulletin officiel de la propriété industrielle n°02/24 du 14/06/02 (n° de publication 2 807 998).

Fait à Paris, le 14 Juin 2002



2 807 998
00 05338

BREVET D'INVENTION

PEDALIER DE BICYCLETTE A IMPULSIONS

Date de dépôt : 25/04/00
Priorité:

Date de mise à la disposition du public de la demande : 26/10/01 Bulletin 01/43

Date de la mise à la disposition du public du brevet d'invention : 14/06/02 Bulletin 02/24

Liste des documents cités dans le rapport de recherche

Références à d'autres documents nationaux apparentés :

Demandeur : PEYRE Henri - FR
Inventeur : PEYRE Henri

Titulaire :

Pédalier de bicyclette à impulsions.

L'invention concerne un pédalier de bicyclette dont les manivelles sont particulièrement agencées pour passer facilement le point mort haut, quand il devient un handicap au pédalage, tout en apportant à celui-ci un surcroît d'énergie.

L'invention décrite comme une amélioration au pédalier de bicyclette peut également être utilisée pour tout autre système commandé par une ou deux manivelles comme les treuils, les commandes manuelles de machines.

Les pédaliers actuels ont un bon comportement quand le cycliste roule sur terrain dur, plat ou de faible pente. En effet le point mort haut se passe facilement grâce à la vitesse de pédalage et à l'énergie cinétique de l'ensemble en mouvement. Une gêne apparaît cependant au passage du point mort quand la pratique du V.T.T. Dans ces conditions le point mort haut, quand la manivelle est verticale, est difficile à passer, la force appliquée à la pédale en position haute passant par l'axe du pédalier.

De nombreux brevets décrivent des améliorations aux pédaliers classiques pour supprimer l'inconvénient du passage point mort. Notamment des systèmes qui décalent l'axe de rotation des plateaux et celui des manivelles, les manivelles étant libres l'un par rapport à l'autre, chaque manivelle étant reliée au plateau par des biellettes ou des coulisseaux. Dans ces systèmes les manivelles ne se trouvent jamais dans le même prolongement vertical. Il existe un décalage angulaire qui fait que les points morts haut et bas ne sont jamais alignés et que chaque manivelle est tour à tour dans une phase active quand l'autre manivelle passe un point mort. Cette cinématique est permanente. Cette solution revendiquée par plusieurs brevets, reprenant des réalisations techniques différentes a les inconvénients suivants: nombreuses pièces et axes supplémentaires qui apportent des frottements préjudiciables au rendement, pédalier plus lourd, problèmes d'étanchéité et de prise de jeu, et surtout prix de revient très élevé.

D'autres brevets décrivent des pédaliers qui ont un ou plusieurs plateaux montés élastiquement par rapport aux manivelles par un système de ressorts élastomère ou de ressorts métalliques de compression ou de traction. Ces systèmes demandent un montage de plateaux spéciaux et très vite à l'usage apparaissent des jeux et des coincements, le système dans les plateaux est par ailleurs exposé à la salissure.

Il existe également des systèmes qui possèdent des excentriques aux extrémités des manivelles pour le montage des pédales. Ils ont pour inconvénients le montage de roulements dans les manivelles pour recevoir l'axe des pédales, l'écartement des pédales l'une de l'autre par rapport à un pédalier normal et apport peu sensible pour le passage du point mort. L invention présente se propose d'apporter une solution nouvelle au passage du point mort de la manivelle active en évitant les inconvénients décrits précédemment. Il est expliqué un système de pédalier dont la partie centrale, boîtier de pédalier, étoile et plateaux sont traditionnels, seules les manivelles sont particulières.

Chaque manivelle est divisée en deux parties. La partie haute qui porte la pédale pouvant se déplacer axialement de quelques millimètres et angulairement de plusieurs degrés vers l'axe du pédalier à grande vitesse quand la force appliquée à la pédale par le pied du cycliste est proche d'une perpendiculaire à l'axe du pédalier. Ces cas de figure se produisent lors d'un démarrage, quand le terrain devient pentu ou le sol meuble. Lors d'un pédalage à grande vitesse, ou à faible vitesse sans effort ni à coups le système n'est pas activé Quand les manivelles se situent dans un plan parallèle au sol le système est verrouillé, s'il n'a pas été activé avant au passage du point mort haut, et les manivelles se comportent comme des manivelles rigides. Un pédalage lancé n'entraîne pas le déplacement des extrémités des manivelles, la vitesse de rotation des manivelles ne donnant pas un marquage trop important du point mort pour déplacer la partie mobile haute à l'encontre d'un ressort de rappel. Les parties hautes des manivelles en forme de chape portent deux rouleaux, les parties basses ont leur extrémité en forme de plat rectangulaire usiné pour recevoir la chape de la partie haute coulissante sans jeu. Dans l'épaisseur de la partie plate des bas de manivelles est taillée une lumière destinée à recevoir des rouleaux portés par la partie haute. Cette lumière est conformée de façon telle que quand le ressort de rappel éloigne les parties haute et basse l'une de l'autre, les rouleaux se placent entre les parois parallèles ajustées à leur diamètre et rendent solidaires les deux parties de la manivelle devenue rigide. Par contre si par une sollicitation de haut en bas la partie haute de la manivelle se déplace vers l'axe du pédalier les rouleaux tombent dans les évasements, après un déplacement rectiligne entre les parois de la lumière et la partie haute pivote vers l'avant de quelques degrés avec pour centre de pivotement le milieu de l'entraxe des rouleaux. Ce déplacement, commandé par le pied, ne devant vaincre que la résistance du ressort de rappel se fait en accélération, ce qui à pour effet de donner une impulsion à la manivelle en donnant un surcroît d'énergie pour l'entraînement du pédalier. En fin de déplacement la partie basse de la demi-manivelle supérieure bute contre des plans inclinés situés en bas de la partie plate rectangulaire de la demi-manivelle basse. La partie supérieure de la manivelle se remet en place en fin de parcours de l'arc compris entre l'horizontale et le point mort bas en apportant une seconde impulsion. A l'encontre des systèmes connus la manivelle diminue de longueur dans la partie active du pédalage. R1 plus grand que R2

REVENDICATIONS

1 - Pédalier de bicyclette monté sur l'axe (2) du boîtier de pédalier (3) tournant concentriquement par rapport à celui-ci, la manivelle en étoile (6) portant de façon connue les plateaux (4), les manivelles (5, 6) ayant des cotes d'entraxe traditionnelles entre l'axe des pédales (7) et celui du boîtier de pédalier (2) et se présentant normalement en alignement l'une par rapport à l'autre, caractérisé en ce que chaque manivelle (5,6) est divisée en deux parties (14,19), assemblées coulissantes l'une par rapport à l'autre, et la partie haute (14) portant la pédale (52), pouvant se déplacer parallèlement à son axe et angulairement vers l'avant, en accélération, dans le sens du pédalage, sous l'effet d'une force appliquée perpendiculairement à son axe longitudinal, de haut en bas de manière à réduire (R2) la longueur (R1) de manivelle (5,6) pour passer facilement le point mort haut, quant celui-ci devient un handicap au pédalage.

2 - Pédalier de bicyclette selon la revendication 1 caractérisé en ce que chaque manivelle (5,6) comporte une partie basse (19), la manivelle étant considérée en position haute, reliée à l'axe (2) du pédalier, cette partie basse portant un plat (8) qui reçoit une lumière (9), et une partie haute (14), qui porte la pédale (52), conformée en chape (15) dans sa partie basse, qui porte deux vis (21,22) munies de rouleaux (18,20) qui coopèrent avec les flancs de la lumière (9) pour son déplacement, par rapport à la partie basse (19), quand le système est activé et pour son maintient rigide quand le système n'est pas sollicité.

3 - Pédalier de bicyclette selon les revendications 1,2, caractérisé en ce que la demi-manivelle haute (14) est maintenue en place et ramenée en position dans la lumière (9) par un système élastique comportant: un piston (25), un ressort de compression (26), une vis de réglage (27), cette vis servant également à neutraliser le système.

4 - Pédalier de bicyclette selon les revendications 1, 2, 3, caractérisé en ce que la lumière (9) de la partie (8) de la demi-manivelle basse (19) présente à l'endroit des rouleaux (18,20) portés par la chape (15) une configuration ajustée ne permettant qu'un déplacement suivant l'axe longitudinal de la manivelle, suivie d'un évasement permettant une rotation de la partie haute (14) de la manivelle par rapport à la partie basse (19).

5 - Pédalier de bicyclette selon la revendication 4 caractérisé en ce que la lumière (9) portée par le plat (8) de la demi-manivelle basse (19) est sous formes d'inserts remplaçables (28, 29).

6 - Pédalier de bicyclette selon la revendication 5 caractérisé en ce que la demi-manivelle haute (14) porte une entretoise (30) passant par un évidemment (32) de la demi-manivelle basse (19).

7- Pédalier de bicyclette selon les revendications 1 et 2 caractérisé en ce que la demi-manivelle haute (14) est maintenue en place et ramenée en position dans la lumière (9) par un système élastique comprenant un ressort de rappel (36) dont le réglage est obtenu par la combinaison d'un piston à tête arrondie (35) et d'une vis à bout conique (38) dont l'axe est perpendiculaire à celui du piston (35), et qui débouche sur un côté de la demi-manivelle haute (14).

8- Pédalier de bicyclette selon les revendications 1 et 2 caractérisé en ce que la demi-manivelle haute (14) est maintenue en place et ramenée en position dans la lumière (9) par un système élastique comprenant un ressort de rappel (47) dont le réglage est obtenu par la combinaison d'un piston à tête plate (42) et d'une came (39) entraînée par un carré (41) débouchant en forme de tête de vis sur la face avant de la manivelle.

9- Pédalier de bicyclette selon les revendications précédentes caractérisé en ce que les deux manivelles (5,6) sont revêtues d'un manchon élastique d'étanchéité (43) recouvrant les parties en mouvement des demi-manivelles (14,19) l'une par rapport à l'autre.

10- Pédalier de bicyclette selon la revendication 1 caractérisé en ce que la demi-manivelle basse (19) est munie de tapons en matière plastique (44,45) chargées d'atténuer les bruits.

Enregistrement national : 00 05338 N° de publication: 2807998

1. ELEMENTS DE L'ETAT DE LA TECHNIQUE SUSCEPTIBLES D'ETRE PRIS EN CONSIDERATION POUR APPRECIER LA BREVETABILITE DE L'INVENTION

Référence des documents
(avec indication, le cas échéant, des parties pertinentes)

Revendications du
brevet concernées

NEANT

2. ELEMENTS DE L'ETAT DE LA TECHNIQUE ILLUSTRANT
L'ARRIERE-PLAN TECHNOLOGIQUE GENERAL

BE 442 347 A (LAFITE)

WO 99 22981
14 mai 1999 (1999-05-14)

FR 960 809 A (DANEY)
26 avril 1950 (1950-04-26)

FR 2 562 497 A (DONDI)
11 octobre 1985-10-11)


3. ELEMENTS DE L'ETAT DE LA TECHNIQUE DONT LA PERTINENCE
DEPEND DE LA VALIDITE DES PRIORITES

REFERENCE DES DOCUMENTS
(avec indication, le cas échéant, des parties pertinentes

Revendications du
brevet concernées


NEANT